sympathie

sympathie [ sɛ̃pati ] n. f.
• 1420; lat. sympathia « fait d'éprouver les mêmes sentiments »; gr. sumpatheia « participation à la souffrance d'autrui »
1Vx Affinité morale, similitude de sentiments entre deux ou plusieurs personnes. « À une anecdote, il leur arrivait de rire au même endroit [...] Pour tout exprimer par un bon vieux mot, il y avait entre eux sympathie » (Musset). « j'avais été entraîné vers Pierre par cette sympathie d'âge qui rapproche si vite les jeunes gens » (Nodier).
Hist. Sc. Affinité.
2Mod. Relations entre personnes qui, ayant des affinités, se conviennent, se plaisent spontanément (cf. Atomes crochus). La sympathie qui existe entre eux.
3Cour. Sentiment chaleureux et spontané, qu'une personne éprouve (pour une autre). Avoir de la sympathie, ressentir une vive sympathie pour qqn. inclination, penchant. Montrer, témoigner de la sympathie à qqn. amitié, bienveillance, cordialité. Attirer, inspirer la sympathie : être sympathique. « il avait toujours eu la sympathie de ses camarades, la confiance de ses maîtres » (Martin du Gard).
4Par ext. Bonne disposition (à l'égard d'une action, d'une production humaine). Accueillir une idée, un projet avec sympathie. Je n'ai aucune sympathie pour ce genre d'idées. On voit très bien où vont ses sympathies.
5(du sens gr.) Littér. Participation à la douleur d'autrui, fait de ressentir tout ce qui le touche. Être en sympathie avec les malheureux. Témoignages de sympathie à l'occasion d'un décès. condoléances. Cour. (formule de politesse) Croyez à toute ma sympathie.
⊗ CONTR. Disparité, opposition; animosité, antipathie, aversion; prévention; indifférence.

sympathie nom féminin (latin sympathia, du grec sumpatheia, compassion) Penchant naturel, spontané et chaleureux de quelqu'un vers une autre personne : Ressentir une vive sympathie pour quelqu'un. Participation à la joie, à la peine d'autrui : Recevoir des témoignages de sympathie à l'occasion d'un décès. Bienveillance, disposition favorable envers quelque chose : On voit très bien où vont ses sympathies.sympathie (citations) nom féminin (latin sympathia, du grec sumpatheia, compassion) Claude Roy Paris 1915-Paris 1997 Le secret de l'art de voir : c'est la sympathie. Le Commerce des classiques, Montesquieu Gallimard André Siegfried Le Havre 1875-Paris 1959 Académie française, 1944 L'antipathie analyse mieux, mais la sympathie seule comprend. Quelques maximes J. Haumont Horace, en latin Quintus Horatius Flaccus Venusia, Apulie, 65-Rome ? 8 avant J.-C. Si le rire répond au rire sur le visage des hommes, les larmes aussi y trouvent de la sympathie. Ut ridentibus arrident, ita flentibus adsunt humani vultus. Art poétique, 101-102sympathie (synonymes) nom féminin (latin sympathia, du grec sumpatheia, compassion) Penchant naturel, spontané et chaleureux de quelqu'un vers une autre...
Synonymes :
- affinité
- amitié
- cordialité
Contraires :
- animosité
- hostilité
- inimitié
Participation à la joie, à la peine d'autrui
Synonymes :
- compréhension
- pitié
Contraires :
- indifférence
Bienveillance, disposition favorable envers quelque chose
Synonymes :
- intérêt
Contraires :
- défaveur
- prévention

sympathie
n. f.
d1./d Part que l'on prend aux peines et aux plaisirs d'autrui. Croyez à toute ma sympathie (formule de politesse).
|| Plur. (Québec) (Emploi critiqué.) Condoléances. Présenter ses sympathies à qqn.
d2./d Sentiment spontané d'attraction à l'égard de qqn. éprouver une vive sympathie pour qqn. Syn. attirance, inclination, penchant. Ant. antipathie.
d3./d Approbation, bienveillance à l'égard de qqn, de qqch. Cette doctrine a toutes mes sympathies.

⇒SYMPATHIE, subst. fém.
A. — Attrait naturel, spontané et chaleureux qu'une personne éprouve pour une autre. Synon. attirance, inclination, penchant; anton. antipathie, répulsion. Sympathie affective, ardente, débordante, expansive, naissante, profonde; une sympathie réciproque; avoir de la sympathie pour qqn; éprouver une vive sympathie, une tendre sympathie pour qqn; se prendre de sympathie pour qqn; manifester, montrer, témoigner de la sympathie; ressentir l'un pour l'autre une vive sympathie; inspirer de la sympathie à qqn; sympathie née d'une profonde estime, d'un profond respect; sympathie mêlée de pitié; élan, mouvement de sympathie. [Duroy] sentait bien qu'il lui plaisait, qu'elle avait pour lui plus que de la sympathie, une de ces affections qui naissent entre deux natures semblables (MAUPASS., Bel-Ami, 1885, p. 190). Il m'examine (...) avec une assurance attentive et amusée, où se reflète, plutôt qu'une curiosité indiscrète, cette sympathie instinctive qui semble le jeter impatiemment au-devant des êtres (MARTIN DU G., Souv. autobiogr., 1955, p. LXVI).
P. méton., vieilli, rare. Personne qui inspire la sympathie. Recevoir les gens qui viennent vous voir, serrer la main des sympathies (GONCOURT, Journal, 1865, p. 227). Quand nos voitures se croisaient (...) un petit salut et un sourire (...). Jugez de ma surprise, l'autre matin, quand j'ai vu ma sympathie entrer dans la petite maison italienne qui est à deux pas de la nôtre (FEUILLET, Camors, 1867, p. 273).
P. anal. [Le sentiment s'exprime à propos de qqc.] Quand il tenait un bibelot en ses doigts, il le tournait, le retournait, le regardait avec tant (...) d'élégance et de sympathie que l'objet paraissait aussitôt embelli (MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Bar., 1887, p. 1301). Seul me demeurait hermétique le clan formé par Sartre, Nizan et Herbaud (...). On disait qu'ils « manquaient de sympathie à l'égard des choses » (BEAUVOIR, Mém. j. fille, 1958, p. 310).
B. — 1. Concordance entre deux ou plusieurs personnes que rapprochent certaines affinités, certains goûts ou jugements communs; les relations ainsi créées, l'accord, la fusion ainsi réalisés. Cavaliers et dames (...) qui s'étaient rapprochés et choisis au gré de l'obscur instinct des sympathies et des affinités (PESQUIDOUX, Livre raison, 1925, p. 128). Nous nous développons dans la sympathie, mais c'est en nous opposant que nous apprenons à nous connaître (GIDE, Geneviève, 1936, p. 1387).
Loc. En sympathie avec qqn. Elle trouvait étrange que sa tante rît de si bon cœur, et plus étrange encore qu'elle rît d'accord et en sympathie avec son frère (A. FRANCE, Putois, 1904, p. 57). Le gouverneur-général Ryckmans, coupé lui aussi de sa patrie, mais voulant que son pays participât à la guerre, était en sympathie avec la France libre (DE GAULLE, Mém. guerre, 1954, p. 115).
P. anal. [Le compl. prép. désigne des choses] Il y a donc entre moi et tout ce qui existe une relation (le mot est tout à fait impropre) du même type que celle qui m'unit à mon corps (...). Ceci revient à dire que mon corps est en sympathie avec les choses (G. MARCEL, Journal, 1921, p. 265).
Vieilli. Conformité, similitude de sentiments, de pensées. Eh bien, nous nous ressemblons donc; il y a sympathie en nous deux (E. DE GUÉRIN, Lettres, 1839, p. 335).
♦ [Avec une précision sur la nature de l'affinité] [Exprimée par un adj.] Sympathie intellectuelle. Permettez-moi de voir dans l'attention exquise que vous avez eue de m'envoyer votre volume, sans me connaître, autant qu'une sympathie littéraire, le pressentiment merveilleux d'une amitié ignorée (MALLARMÉ, Corresp., 1866, p. 235). [Avec un compl. prép. de] Sympathie de pensées. Nous nous sommes trouvés en sympathie avec la comtesse, voilà tout. En sympathie de cœur? (...) Non, d'esprit, voilà tout (DUMAS père, Monte-Cristo, t. 1, 1846, p. 474):
1. J'ai à poser à la fois dans la même conversation cinq ou six personnages (...) et à montrer au milieu de tout cela un monsieur et une dame qui commencent (par une sympathie de goûts) à s'éprendre un peu l'un de l'autre.
FLAUB., Corresp., 1852, p. 25.
2. P. anal. Concordance entre certaines choses abstraites. Synon. correspondance. J'éprouve que mon imagination a tout à fait vieilli en ce qu'il n'y a plus aucune sympathie entre les idées de l'esprit et les sentiments de l'âme. Le beau et le bon ne font plus palpiter mon cœur (MAINE DE BIRAN, Journal, 1818, p. 109). Ma douleur d'enfant était le vague pressentiment de mes douleurs d'homme, une sorte de sympathie entre mon présent et un avenir que j'apercevais instinctivement dans cette vie végétale courbée avant le temps vers le terme où vont les arbres et les hommes (BALZAC, Méd. camp., 1833, p. 114).
C. — Souv. au plur. Bonne disposition, attitude favorable, sentiment de bienveillance envers quelqu'un ou quelque chose. Nos sympathies ne sont généralement pas dangereuses; la nature, en cuisine comme en amour, nous donne rarement le goût de ce qui nous est mauvais (BAUDEL., Max. consol., 1867, p. 620). Si l'esprit critique et la sympathie ne sont pas, de soi, contradictoires, il s'en faut que ces deux vertus soient toujours faciles à concilier, qu'elles soient également représentées dans l'esprit de chaque savant (MARROU, Connaiss. hist., 1954, p. 99).
1. [La sympathie s'exerce à l'égard d'une pers., d'un groupe de pers.] Montrer, témoigner de la sympathie à qqn; avoir la sympathie de qqn, d'un milieu; conquérir la sympathie générale; jouir de la sympathie du quartier; conquérir, soulever des sympathies; s'acquérir les sympathies de qqn. Comment mériter son pardon? Comment reconquérir sa sympathie? (MARTIN DU G., Thib., Belle sais., 1923, p. 947):
2. ... cette attraction des sympathies est un privilège, et je ne puis nier qu'il m'a été accordé. Presque toutes les femmes que je connais et tous les enfants qui m'approchent sont en bienveillance affectueuse avec moi...
AMIEL, Journal, 1866, p. 298.
Loc. Avoir qqn en sympathie. Éprouver des sentiments de sympathie, de bienveillance pour, envers quelqu'un. Ses camarades l'avaient en sympathie à cause de son caractère avenant (AYMÉ, Jument, 1933, p. 38).
— [La sympathie s'exerce à l'égard d'un gouvernement, d'un pays] Vote de sympathie; courant de sympathie. J'avais des sympathies pour le gouvernement qui vient de tomber (DUMAS père, Cachemire vert, 1850, 10, p. 288). Ce n'est peut-être qu'une coïncidence heureuse, mais le capital sympathie que s'assure Giscard auprès des dirigeants soviétiques devrait lui valoir leur soutien (Le Point, 21 mai 1979, p. 5, col. 3).
2. [La sympathie s'exerce à l'égard de qqc.] Accueillir une idée, un projet avec sympathie; offre, proposition qui ne rencontre aucune sympathie. Toute bonne intention rencontre certainement ici de nobles sympathies, mais elle y rencontre aussi des méfiances obstinées et une opposition funeste (SAND, Lélia, 1839, p. 459). Il réservait ses sympathies pour le dessert, et s'obstina même cruellement à ne point échanger sa part de gâteau au rhum contre une entrée à l'orangerie de Versailles que lui proposait Schaunard (MURGER, Scènes vie boh., 1851, p. 149).
— [La sympathie s'exerce à l'égard d'une œuvre d'art, d'une couleur] Manquer de sympathie pour l'art d'un écrivain. J'ai beaucoup de sympathie pour ce genre poétique (AMIEL, Journal, 1866, p. 206). Aux Salons (...) [l'œuvre de Maurice Denis] suscite à la fois des polémiques et des sympathies (MAUCLAIR, Maîtres impressionn., 1923, p. 192).
D. — Fait de s'associer aux sentiments d'autrui.
1. Fait de ressentir la joie ou, le plus souvent, la douleur d'autrui. La joie qu'il eut de mon succès me fut bien plus douce que la mienne propre (...). Elles sont si douces ces manifestations de sympathie vive et pure! (M. DE GUÉRIN, Corresp., 1834, p. 163):
3. Mon don de sympathie décroît et je fais moins volontiers mienne l'émotion du musicien que j'interprète; façon très compliquée de dire que je joue moins bien. Sans doute ce retrait de la sympathie vient aussi de ce que je prends conscience plus nette de moi-même et de ma valeur; façon compliquée de dire que la vieillesse invite à l'égoïsme.
GIDE, Journal, 1927, p. 863.
Loc. Par sympathie. Tout le long de son chemin, il se tint le ventre pour rire à son aise (...).Les petits hommes qui le rencontraient se mettaient à rire comme lui par sympathie (A. FRANCE, Balth., Abeille, 1889, p. 247).
En partic. Participation à des sentiments de tristesse, compassion. Un regard plein de sympathie; être très touché par des marques de sympathie. Charles (...) était encouragé et aidé dans sa convalescence par les prévoyances et les attentions de tous ceux qui l'approchaient. Il n'y avait que sympathies autour de lui (GONCOURT, Ch. Demailly, 1860, p. 402). Il y a dans ce récit une telle sympathie, je prends ce mot dans son sens littéral, une si grande et si authentique compassion que je ne vois guère qu'un écrivain russe capable d'approcher de cette qualité d'amour (GREEN, Journal, 1949, p. 305).
— [Dans des formules épistolaires] Assurer qqn de toute sa sympathie; croyez à ma bien cordiale sympathie; en témoignage de sympathie; merci de votre sympathie. Croyez à toute ma sympathie et agréez l'assurance de ma considération la plus distinguée. Lamartine (LAMART., Corresp., 1834, p. 14). « Je vous prie de croire à ma gratitude, et d'accepter l'assurance de ma sympathie dévouée. » Barois (MARTIN DU G., J. Barois, 1913, p. 470).
♦ [Plus partic., dans des formules de condoléances] Dites ma profonde sympathie à M. Lacroix. Ces pertes-là, qui font saigner le cœur, voilà, hélas! les vraies plaies, les seules (HUGO, Corresp., 1865, p. 508). Il était le fils de notre confrère (...), à qui nous exprimons, ainsi qu'à Mme André Faugère, en cette cruelle circonstance, l'expression de notre vive sympathie (Le Monde, 19 janv. 1952, p. 6, col. 3).
2. PSYCHOL. Participation aux émotions, ou imitation du comportement d'autrui. Expérimentalement, on distingue une sympathie d'identification (on se retrouve en autrui comme « âme-sœur »), une sympathie d'aspiration (on trouve en autrui des qualités que l'on voudrait avoir), et une sympathie de participation sociale (on se trouve des affinités sociales ou groupales) (MUCCH. Psychol. 1969). La sympathie varie depuis la simple acceptation et compréhension des sentiments du prochain jusqu'à la complète identification des états émotifs du sujet avec ceux des autres (WILLEMS 1970).
E. — Rapport, correspondance entre plusieurs choses, effet d'une chose sur une autre.
1. MÉD., PHYSIOL., vieilli
a) Rapport qui existe entre deux ou plusieurs organes du corps, et qui fait qu'un changement s'opère dans une partie du corps quand la partie similaire est atteinte ou lésée. Un exemple de sympathie due à l'union de nerfs entre eux est l'éternuement qui suit les irritations des narines (CUVIER, Anat. comp., t. 2, 1805, p. 116). Dans notre organisme se manifestent souvent les plus singulières sympathies entre différents organes (BÉGUIN, Âme romant., 1939, p. 141). Loc. Par sympathie. L'estomac, et par sympathie tout le reste du canal intestinal (CABANIS, Rapp. phys. et mor., t. 1, 1808, p. 449).
b) HIST. DE LA MÉD. Poudre de sympathie. Préparation empirique composée de vitriol calciné, qui passait pour arrêter les hémorragies, guérir les plaies, même à distance. Synon. poudre sympathique (vieilli; v. ce mot D 1). La poudre de sympathie est une chimère dont on s'est désabusé depuis longtemps (Ac. 1835, 1878).
2. HIST. DE L'OCCULT. ,,Correspondance que les anciens imaginaient entre les qualités de certains corps; aptitude qu'ont certains corps à s'unir, à se pénétrer`` (Ac. 1835, 1878). On dit que les plantes ont des sympathies et des antipathies, vivant volontiers en société avec certains végétaux et en repoussant d'autres (BAILLON t. 3 1891).
3. CHIM. Encre de sympathie.
4. ACOUST., MUS. Par sympathie. Par effet du rapport qui s'établit entre plusieurs corps sonores lorsqu'ils entrent en vibration à la suite de l'excitation de l'un d'entre eux (d'apr. Mus. 1976). Cordes qui vibrent par sympathie. Des touches entièrement distinctes des corps qui résonnent à leur contact ou par sympathie (SCHAEFFNER, Orig. instrum. mus., 1936, p. 143).
5. PEINT., vx. Propriété de certaines couleurs de s'harmoniser, de se faire mutuellement valoir lorsqu'on les rapproche, on les mêle (d'apr. JOSSIER 1881). Il y a de la sympathie entre ces deux couleurs. Ces couleurs ont de la sympathie (Ac. 1835, 1878).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1409 avoir sympathie pour (qqc.) « avoir de l'attirance pour » (JEAN GERSON, Sermon ds Irénikon t. 6, p. 731); 1534 « affinité entre des personnes » (RABELAIS, Gargantua, éd. R. Calder, p. 299, ligne 67); av. 1696 « participation aux sentiments d'une autre personne » (SÉV., 62 ds DG); 2. « vertu occulte d'un corps sur un autre » spéc. 1643 poudre de sympathie (CORNEILLE, Le Menteur, IV, 3, vers 1182). Empr. au lat. sympathia,-ae « accord, affinité naturelle », gr. « participation à la souffrance d'autrui » d'où « communauté de sentiments », de « qui sympathise », comp. de « avec, ensemble » et du rad. - de , v. -pathe. Fréq. abs. littér.:3 047. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 3 234, b) 4 707; XXe s.: a) 4 438, b) 5 007. Bbg. DAUZAT Ling. fr. 1946, p. 16, 22. — SCHALK (F.). Sympathia im Romanischen. Rom. Forsch. 1968, t. 80, pp. 425-458.

sympathie [sɛ̃pati] n. f.
ÉTYM. 1420, « attirance pour (qqch.) », « acceptation (de qqch.) »; du lat. sympathia « fait d'éprouver les mêmes sentiments », du grec sumpatheia « participation à la souffrance d'autrui », de sumpathês, de sun- « avec », et pathos « ce qu'on ressent ».
1 Vx. Affinité morale, similitude de sentiments entre deux ou plusieurs personnes. Accord; conformité, convenance (des goûts), fraternité, harmonie, unisson. || L'amour naît de la sympathie et de la diversité (→ Harmonie, cit. 30).
1 Mais telle sympathie était entre les hommes et les femmes, que par chacun jour ils étaient vêtus de semblable parure (…)
Rabelais, Gargantua, LVI.
2 À une anecdote, il leur arrivait de rire au même endroit; et le récit touchant d'une belle action leur faisait retourner les regards en même temps, de peur de trahir l'émotion trop vive. Pour tout exprimer par un bon vieux mot, il y avait entre eux sympathie. Mais, direz-vous, c'est de l'amour; patience, madame, pas encore.
A. de Musset, Nouvelles, « Emmeline », IV.
2.1 Autrefois c'était mon meilleur ami, l'ami de ma pensée, celui avec qui on passe les longues soirées tranquilles et gaies, celui à qui on dit les choses intimes du cœur, pour qui on trouve, en causant doucement, les idées rares, fines, ingénieuses, délicates, nées de la sympathie même qui excite l'esprit et le met à l'aise.
Maupassant, Une famille, Pl., t. II, p. 763.
Vx. Conformité, ressemblance, similitude.
3 (…) j'avais été entraîné vers Pierre par cette sympathie d'âge qui rapproche si vite les jeunes gens, surtout quand ils sont malheureux, et par cette sympathie de croyances, le seul lien social que nos discordes politiques n'eussent pas rompu.
Charles Nodier, Contes, « Lidivine ».
Physiol. « Rapport existant entre deux ou plusieurs organes plus ou moins éloignés les uns des autres, et qui fait que l'un d'eux participe aux sensations perçues et aux actions exécutées par l'autre » (Littré).(XVIIe). Spécialt. Vx. Art de guérir à distance.Loc. Poudre de sympathie : vitriol calciné que l'on faisait agir sur un peu de sang prélevé à un blessé, un malade, pour arrêter l'hémorragie, guérir les plaies.
4 La sympathie, en physique anatomique, est donc l'harmonie, l'accord mutuel qui règne entre diverses parties du corps humain par l'entremise des nerfs, merveilleusement arrangés, et distribués pour cet effet.
Encycl. (Diderot), art. Sympathie.
2 (1534). Mod. Relations entre personnes qui, ayant des affinités, se conviennent, se plaisent spontanément. Attirance, attraction (→ fam. Atomes crochus). || La sympathie qui existe entre eux. || Étroite, secrète sympathie.Par ext. || Les formes de culture auxquelles une secrète sympathie nous relie (→ Apparenter, cit. 1).
5 Il est des nœuds secrets, il est des sympathies
Dont par le doux rapport les âmes assorties
S'attachent l'une à l'autre et se laissent piquer
Par ces je ne sais quoi qu'on ne peut expliquer.
Corneille, Rodogune (1644), I, 5.
6 Ainsi leur rencontre avait eu l'importance d'une aventure. Ils s'étaient, tout de suite, accrochés par des fibres secrètes. D'ailleurs, comment expliquer les sympathies ?
Flaubert, Bouvard et Pécuchet, I.
7 Votre maîtresse, la femme de votre ciel, vous sera suffisamment indiquée par vos sympathies naturelles, vérifiées par Lavater, par la peinture et la statuaire (…) D'ailleurs, nos sympathies ne sont généralement pas dangereuses; la nature, en cuisine comme en amour, nous donne rarement le goût de ce qui nous est mauvais.
Baudelaire, Essais, notes et fragments, Maximes consolantes sur l'amour.
8 Il n'était point en sympathie avec les habitants de la ville. Faute de pouvoir sentir et comprendre comme eux, il était retranché de la communion humaine (…)
France, l'Anneau d'améthyste, Œ., t. XII, p. 98.
Chim. anc. Affinités électives entre certains corps. || Le mercure s'unit à l'or par sympathie.Vx. || Encre de sympathie. Sympathique, I., 2. (→ Orpiment, cit. 1).
3 Cour. Sentiment chaleureux et spontané, qu'une personne éprouve (pour une autre). || Avoir de la sympathie pour qqn (→ Fi, cit. 3). Inclination, penchant. || La sympathie d'une personne pour une autre. || Ils ressentaient l'un pour l'autre une sympathie assez vive (→ Paraître, cit. 25). || Montrer, témoigner de la sympathie à qqn (→ Engager, cit. 15). Amitié, bienveillance, cordialité. || La sympathie peut faire éclore (cit. 10) bien des qualités somnolentes. || La sympathie attire (cit. 23) la sympathie. || Attirer (→ Pédagogue, cit. 3), inspirer la sympathie. Sympathique (→ Faire la conquête de…). || Avoir la sympathie de qqn, d'un milieu ( Popularité), des peuples (→ Champion, cit. 5). || Rencontrer (cit. 4) de la sympathie.Sympathie d'un auteur pour ses personnages (→ Gâcher, cit. 9). Aimer.|| « La sympathie et les émotions tendres » (Ribot, Psychologie des sentiments).
9 Votre nature ressemble à la mienne, ce qui m'explique fort bien la très grande sympathie que j'ai ressentie pour vous presque de prime abord. — Axiome : Ce que l'on aime le mieux chez les autres, c'est soi-même. Lorsque je rencontre un autre moi-même, il y a chez moi accroissement de forces (…)
Loti, Aziyadé, III, XL.
10 (…) il avait toujours eu la sympathie de ses camarades, la confiance de ses maîtres (…)
Martin du Gard, les Thibault, t. IX, p. 136.
11 Quelques instants plus tôt, pendant qu'il parlait, j'avais eu au cœur une puissante bouffée de sympathie, un de ces élans qui nous font croire que nous aurons la force de rompre d'un coup certaines barrières convenues qui se dressent entre les hommes (…)
J. Romains, Lucienne, X.
Par ext. Attrait, bonne disposition, bienveillance à l'égard de (une action, une production humaine). || Accueillir une idée, un projet avec sympathie. || Manquer de sympathie pour l'art d'un écrivain (→ Génial, cit. 2). || Offre qui ne trouve, ne rencontre aucune sympathie. Écho.
4 Littér. (au sens du grec). Participation à la douleur d'autrui; fait de ressentir tout ce qui touche autrui (surtout dans : en, par sympathie). || Sensible aux maux d'autrui, il était en sympathie avec les malheureux (→ Aimer, cit. 4). Participer. → Être de cœur avec, se mettre à la place (cit. 26) de… || Mon cœur ne bat que par sympathie. Pitié, sensibilité. || Témoignages de sympathie à l'occasion d'un décès. Condoléance. Cour. (formule de politesse). || Croyez à toute ma sympathie.
12 (…) que de gens qui, en voyant souffrir, ont hâte de se soustraire à ce spectacle, pour supprimer la douleur qui s'éveille en eux par sympathie !
Th. Ribot, Psychologie des sentiments, p. 240.
13 Absence de sympathie = manque d'imagination (…) mais Gérard ne sait pas que cela vient de son impuissance à se représenter ce qu'il ne ressent pas. C'est là souvent ce qu'on appelle du sang-froid; simplement : impuissance imaginative.
Gide, Journal, 13 déc. 1907.
14 Voir souffrir les hommes, ce m'est odieux parce que mon imagination m'associe très péniblement à leur souffrance (…) Je sais que le mot sympathie dit, en somme, fort bien ce que j'explique ici trop longuement.
G. Duhamel, la Nuit d'orage, XV.
Psychol. Phénomène d'influence ou d'imitation par lequel un être reproduit le comportement d'un autre être, dans l'ordre physique ou moral.
DÉR. Sympathique, sympathiser.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Sympathie — (von altgriechisch συμπᾰθεία sympatheía, Substantiv aus dem Verbum συμπάσχειν sympás|chein „mit leiden“) ist die aus gefühlsmäßiger Übereinstimmung kommende Zuneigung. Ihr Gegenteil ist die Antipathie (Abneigung). Inhaltsverzeichnis 1 Begriff 2… …   Deutsch Wikipedia

  • sympathie — SYMPATHIE. s. f. Vertu naturelle par laquelle deux corps agissent l un sur l autre, comme l ambre sur la paille, & l aimant sur le fer. Ces deux sortes de plantes ou d animaux ont de la sympathie l une avec l autre. On appelle, Onguent, Poudre de …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Sympathie — Sf std. (17. Jh.) Entlehnung. Entlehnt aus l. sympathīa, dieses aus gr. sympátheia, zu gr. sympathḗs mitleidend, mitfühlend , zu gr. páthos n. Erleiden, Erdulden, Gemütsbewegung, Affekt, Leidenschaft und gr. syn . Adjektiv: sympathisch; Verb:… …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • sympathie — Sympathie, Sympathia, C est une similitude et comme conjonction de nature, Naturalis consensus et conuenientia, Condolentia, Communis affectus. Estimant qu il y eust quelque sympathie et symbolization ensemble. Pasquier …   Thresor de la langue françoyse

  • Sympăthie — (v. gr., d.i. Mitempfindung), 1) im psychischen Sinne die unwillkürliche Nachempfindung eines fremden Zustandes, also entweder Mitleid od. Mitfreude. Das Charakteristische dieser sympathetischen od. sympathisirenden Gefühle ist, daß der… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Sympathīe — (griech., »Mitempfindung«), die Fähigkeit, Freude und Leid andrer mitzufühlen, die von einigen Ethikern (Shaftesbury, Hume, A. Smith, Comte, Spencer) als die subjektive Grundlage aller Sittlichkeit betrachtet wird (vgl. Ethik). Dann auch, im… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Sympathie — Sympathīe (grch.), Mitempfindung, natürliche Gefühlsübereinstimmung; vermeintliche Geheimkraft, Wirkung eines Körpers auf den andern; Teilnahme eines Organs an der vermehrten oder verminderten Tätigkeit eines andern, z.B. Veränderung der Stimme… …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Sympathie — Sympathie, eigentlich Mitleidenheit, der eigenthümliche Zusammenhang, die Wechselwirkung, in welcher die Organe zu einander stehen, so daß, wenn das Eine leidet, auch das Andere mitfühlt. Man spricht auch von einer S. der Seelen, wenn sie durch… …   Damen Conversations Lexikon

  • Sympathie — Sympathie, Mitgefühl, Theilnahme; die geheimnißvolle Wirkung eines Körpers auf einen andern; in der Physiologie die Einwirkung eines gesteigert thätigen od. durch Krankheit leidenden Organs auf ein anderes; sympathetisch, mitfühlend;… …   Herders Conversations-Lexikon

  • Sympathie — »‹Zu›neigung; Wohlgefallen« (im Gegensatz zu ↑ Antipathie): Das seit dem 16. Jh. – zuerst im eigentlichen Sinne von »Mitleid; Mitgefühl« – bezeugte Fremdwort ist aus lat. sympathia entlehnt, das seinerseits aus griech. sym pátheia »Mitleiden,… …   Das Herkunftswörterbuch

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.